VAPA : l’interview dancefloor, en conscience

1- La base : ça veut dire quoi, VAPA, et ça vient d’où ?

VAPA est l’acronyme de Vous n’avez pas d’avis. Cette phrase est tirée d’une intervention de Coluche devant de jeunes étudiants (pour les curieux, vidéo ici). De là naît mon premier titre – VAPA01.


2- C’est toi sur les photos de ton compte Instagram ? Pourquoi tu caches ton visage ?

Oui c’est bien moi et j’ai commencé à cacher mon visage au début car j’avais du mal à assumer mon projet. Je viens de milieu rock/metal et il m’a fallu du temps pour appréhender ce nouveau monde électronique. Ça me paraissait plus facile de démarrer anonyme. J’aimais aussi ce côté VAPA c’est personne mais c’est tout le monde. Tout le monde doit se sentir touché par les thèmes abordés. Je pense me dévoiler petit à petit à l’avenir. Je n’avais d’ailleurs pas de masque lors de mon 1er live à Nantes.


3- Ici, on te connaît dans ton costume de musicien d’électro. Tu as d’autres cordes à ta harpe (ou guitare, ou basse, ou ukulélé) ?

J’ai commencé la musique assez tardivement vers l’âge de 17/18 ans par la guitare électrique. Mon père en avait une au grenier qui attendait sagement. Je me suis lancé et au fur et à mesure des rencontres, tu crées un groupe puis des groupes – tu fais des concerts puis des tournées et bim tu connais bien ton instrument. A côté de ça, je touche un peu à la basse et à la flûte à bec qui ne me sert jamais… (rires)


4- Tu définis ton style comme electropunchline ou dancefloor conscient. Tu nous expliques ?

Les petits bout de phrases ajoutés doivent autant retournés ton cerveau que la musique en elle-même. On se rassemble, on fait la fête, on vit le moment et on pense à demain d’une façon optimiste.


5- Tu collabores parfois avec CROSS. C’est qui ? Tu nous les présentes ?

C’est une rencontre très importante dans mon projet. Je l’ai rencontré par hasard dans un bar sur Cologne un soir de match de foot et on a tout de suite accroché. On a commencé à faire de la musique pour rigoler. Après quelques idées enregistrées, on s’est dit que ce serait bien de pousser le délire un peu plus loin. On a sorti 3 titres pour le moment (à découvrir ici) et un 4ème arrivera dans l’été. Il paraît même qu’on prépare une collaboration avec Camille Sorel, vous connaissez ? En tout cas c’est un super producteur et DJ qui m’a beaucoup appris. Allez le suivre (son insta) et son collectif Pelika Noir, il vous prépare de nombreuses tracks techno/tech house pour vos soirées folles.


6- Tu as concrétisé ton projet de live. Alors ? C’était comment ?

C’est passé très vite mais super souvenir ! Il y avait la plupart de mes ami-e-s et c’est la première fois que j’entendais mes sons aussi forts. Grosse ambiance !!! J’ouvrais la soirée pour le collectif allemand Pelika Noir justement qui assurait la soirée jusqu’au bout de la nuit. Avec mon équipe, on se prépare à fond pour les prochains concerts et j’ai vraiment hâte genre vraiment !


7- Tu as réalisé un clip superbe pour Erreurs acceptées. Du cinéma, du vrai ! Récemment, grâce à un projet Ulule, tu as obtenu le financement pour réaliser un nouveau clip. Tu peux nous parler de ce projet ?

L’idée de ce Ulule était de voir plus loin pour ce second clip en se professionnalisant  (payer les gens et tout). Il sera aussi réalisé par Baptiste Chevalier qui a fait un superbe taf sur Erreurs Acceptées. Je vous invite à découvrir ce clip d’ailleurs ici https://youtu.be/l30F27EHpF0

Le tournage du prochain clip a été perturbé par le corona et il devrait être tourné à la rentrée. Croisons les doigts pour que tout se passe bien. Côté musique, le titre a bien avancé et j’espère vous surprendre à nouveau !


8- Notre collaboration est à chaque fois une grande joie. Je te remercie infiniment ! Quelles ont été les réactions de ton entourage quand tu as composé sur mes textes érotiques ?

De même, c’est toujours de la pure création ce qui me rend très heureux aussi. L’entourage a été très surpris mais ils ont été impressionné par le concept aussi. Ils ont pris plaisir à découvrir tant le projet Camille Sorel que les VAPA feat. Camille Sorel. J’ai même eu une remarque pertinente de Baptiste qui disait que tes chansons seraient beaucoup plus utiles dans les écoles que les cours d’éducation sexuelle. Une idée à creuser ?


9- Tu peux nous parler d’Envol captif, ton nouveau titre ? Quelle fut la source de ton inspiration ?

Comme souvent, je l’ai composé lors d’un voyage en train. Je revenais d’Amsterdam où je venais de passer une semaine (nouvel an tout ça tout ça) et cette idée de voix est la première chose qui est apparue. Mon oreille a tout de suite accroché. La compo et l’arrangement étaient quasi terminés à la fin du voyage. Je n’ai pas mis de voix mais ce morceau en avait pas besoin. Il est question ici de lâcher prise et de laisser parler son intérieur.

J’ai mis beaucoup de temps à le terminer mais la période du corona m’a permis de le finaliser et de travailler avec Perrine Drouillet pour la réalisation d’un clip animé (à voir ici). Je suis très fier du résultat. Elle a fait un sacré taf qui unit vraiment la musique et l’image.


10- Et pour finir, notre prochaine collab, en cours de création : tu veux bien la présenter ?

Oui avec grand plaisir !!! Pour la première fois, on invite une autre personne à la création. Ce sera un Cross, VAPA feat. Camille Sorel. La chanson sera une techno/electronica accompagnée de ta douce voix qui viendra guider les auditeurs vers le dancefloor conscient.


Allez suis moi partout Facebook | Twitter | Instagram | Youtube | Streaming
Tschüss


V AP A

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s