« Une rencontre trop sage » : naissance d’une chanson

Dans ma voiture, j’écoutais une playlist dont je me souviens bien. « Nouveautés francophones ». La voix de Jeanne Moreau a attiré mon attention. Elle disait avec sa belle nonchalance « le temps est chose précieuse… ». J’ai monté le son. Les mots de Jeanne étaient entourés d’une musique electro tout à fait contemporaine qui tranchait complètement avec le grain vieilli de l’enregistrement.
Elle parlait de lecture, d’harmonie de l’esprit et du corps, du temps qui s’écoule, de résister au sentiment de culpabilité. « La vie est difficile, la vie est douloureuse » disait-elle, et j’entendais son sourire. La musique montait, le rythme accélérait, les notes étaient écloses. Coup de foudre.

En rentrant chez moi je me suis ruée sur mon ordinateur pour retrouver le morceau. Je l’ai réécouté, et j’ai découvert les autres. Enthousiaste, j’ai twitté un lien vers ma belle découverte.

Quelques jours plus tard je recevais un message de VAPA me remerciant pour le partage. C’est rare d’être si sympa de la part d’un artiste ! Je lui fis part de mon enthousiasme et le félicitai. Et joie, voici ce que je lus : « J’ai parcouru vos textes. Avez-vous déjà pensé à les dire sur de la musique electro ? Si ça vous intéresse vous pouvez m’envoyer un extrait, nous ferons un essai. »

J’avais déjà enregistré Une rencontre trop sage et l’envoyai illico. Match ! Ça collait.

La proposition de VAPA était belle, j’adorais la musique qui révélait l’amour et l’émotion bien plus que l’érotisme. L’érotisme n’était pas le sujet mais une conséquence parmi d’autres de l’amour. VAPA l’avait compris à l’évidence, avec ce piano pudique et délicat.

Mon son était mauvais il fallait enregistrer en studio.
Imaginez une dame bredouillante et timide, arriver en tremblant devant deux ingénieurs du son et dire « Alors, heu, voilà, c’est… c’est une lecture, d’un texte, heu… d’un texte érotique ». Merci encore au studio Rimshot pour le professionnalisme. Lucas, l’ingé son, n’a pas cillé. Comme si tous les jours des femmes venaient susurrer au micro des histoires d’homme qui bande.
VAPA a fait un super travail avec ça. Nous avons beaucoup échangé, surtout par écrit, car je suis quasi phobique du téléphone. (Oui, VAPA est patient. Très patient.)

Et un jour, c’était bon. Nous tenions notre morceau. C’était ainsi qu’on l’aimait. Il fallait créer une chaîne You Tube, et même une page Facebook ! La tête me tournait, mais qu’est-ce que j’étais fière !

Je vous fais aujourd’hui le récit du premier morceau alors que le troisième est en préparation. C’est du bonheur, tout ça ! J’aime que les mots dits et tout ce qu’ils évoquent soient pour un musicien un instrument parmi les autres.

Chers lecteurs, chers followers, chers amis : (re)voici « Une rencontre trop sage » :

Je vais me la jouer Youtubeuse, mais c’est le jeu : si vous aimez, n’oubliez pas le pouce qui encourage, et abonnez-vous à la chaîne : il y aura d’autres morceaux, lectures, vidéos. Merci !

 

Une réflexion au sujet de « « Une rencontre trop sage » : naissance d’une chanson »

  1. Ping : « Ils verront de la télévision  | «Camille Sorel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s