Les deux Edmond

« Je cherche vainement neuf mots qui pourraient vous inspirer. »

Madame est à son bureau, Edmond, en livrée et gants blancs, est debout tout près d’elle.
Madame semble soucieuse.

Edmond : Une chanson de Björk ?
Madame : Mais non, voyons, nous sommes surannés.
Edmond : Il est vrai, surtout moi. Un abbé médiéval, alors, dans une abbaye sombre ?
Madame : Dans la contrainte, il est dit « avec plaisir », ton contexte est glaçant. Et Dieu me préserve de glisser des ébats dans un lieu sacré !
Edmond : Madame est bien morale…
Un couple, en promenade, sur le même chemin ?
Madame : Là, pour le coup, c’est presque trop facile.
Edmond : Donc l’idée du champagne est du même acabit.
Une correspondance, alors ?
Madame : Bon, Edmond, ça suffit. Tout ça est trop banal.
Edmond : Je cherche vainement neuf mots qui pourraient vous inspirer, Madame.
Un amour platonique, et néanmoins charnel ?
Madame : Ah, là, tu m’intéresses. Quels mots me dirais-tu ? *
Edmond : (Criant soudain)
Touffe ! Bouquet ! Fou ! Grelot, et puis frissonne !
Madame : (Gloussant, visiblement émue)
Reprenez-vous, Edmond.
Edmond : (Il prend la main de Madame)
Soleil, ébloui, bonheur et sacrifice.
Madame : (Elle caresse tendrement le front du domestique)
Mon ami, vous êtes fiévreux, venez que je vous soigne.

* A partir de cette réplique, l’auteure remercie l’autre Edmond, le Rostand, pour sa contribution au texte.

[ Photo : Anne Brochet dans le rôle de Roxane, Cyrano de Bergerac, 1990 ]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s