Edmond fait crépiter le feu

Edmond, quand vous aurez fini le repassage, vous serez aimable de refaire mon lit. Mon vieil ami Monsieur Tardieu et moi venons de le défaire.
– Bien, Madame.

Quelle perle, cet Edmond, songeait-elle en retouchant son maquillage. Depuis qu’il ne quittait plus le foyer, la vie était considérablement embellie.

– Le lit est refait, Madame. Souhaitez-vous un dîner copieux, comme toujours, après la visite de Monsieur ?
– Hélas, Edmond, mon pauvre Monsieur était las, et ne m’a pas épuisée. Servez-moi plutôt quelques amuse-bouche au salon et faites crépiter le feu.

Le grand majordome disparu en cuisine, Madame arrangea sa tenue. Quel ennui, de n’avoir pas joui aujourd’hui, allait-elle devoir changer d’amant ? Ce serait désolant, Monsieur était courtois.
Elle s’allongea à demi sur le canapé et contempla la danse des flammes dans la cheminée en balançant un escarpin au bout de son orteil. Lorsqu’ Edmond déposa le plateau sur la table basse, elle lui adressa un sourire enjôleur.

– Ah, mon ami, que je vous aime ! Venez donc m’embrasser et rendez-moi heureuse.

Bientôt sur le tapis, une jaquette noire, de la soie rouge froissée, des bas et des chaussettes, des claquements coquins, des rires épanouis.

[ Image Pixabay ]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s